M. SERRAFINO Christophe

thérapeute

QUI SUIS-JE

texte en élaboration

Z

Rendez-vous directement avec la thérapeute au

+41 79 307 96 37

l

ou par message

Formulaire de contact directement avec la thérapeute

4 + 15 =

w

mon réséaux social

POSTUROLOGIE

En un coup d’œil
La posturologie est une discipline médicale et paramédicale pluridisciplinaire qui étudie les mécanismes biomécaniques et neuro-physiologiques qui régulent les grands aplombs de l’être humain. La pathologie posturale est un déséquilibre de ces grands aplombs qui génère un excès de contraintes responsable de pathologies musculo-articulaires et d’une modification du schéma moteur. Le déséquilibre
postural est causé par l’asynchronisme d’un ou de plusieurs capteurs posturaux :
• Capteurs podaux
• Capteurs mandibulaires
• Capteurs visuels
• Capteurs proprioceptifs articulaires
• Capteurs cutanés
• Capteurs vestibulaires
Plusieurs spécialistes médicaux et paramédicaux peuvent recourir à la posturologie clinique dans le cadre de leur pratique.
Quelles sont les causes d’une pathologie posturale?
Nous sommes tous asymétriques, résultat de notre constitution, de nos habitudes,de notre mode de vie. Certains compensent cette situation et ne présentent pas de trouble. Il n’en est pas de même pour d’autres. En effet, certaines circonstances peuvent faire décompenser le système postural :
• Mauvaises postures prolongées et répétées(des conditions de travail)
• Traumatismes
• Séquelles de certaines chirurgies
• L’asynchronisme des capteurs posturaux, comme par exemple une asymétrie mandibulaire ou visuelle ou encore une asymétrie des appuis plantaire vont générer un déséquilibre postural responsable de son cortège de pathologies
L’asynchronisme d’un ou de plusieurs capteurs posturaux génère des flux d’informations asynchrones au niveau du système nerveux central, qui en retour entraîne une asymétrie du tonus musculaire à l’origine du déséquilibre postural.
Un bilan postural permettra de déterminer le ou les capteurs en asynchronisme par un examen postural et une série de tests posturaux.
Le posturologue déterminera ensuite une stratégie thérapeutique basée sur un arbre décisionnel qui suivra une hiérarchisation spécifique (capteurs primaires et capteurs secondaires…).
Il en résulte une modification de l’organisation du tonus musculaire (posture économique) ainsi qu’une modification du schéma moteur avec amélioration des troubles perceptifs et proprioceptifs (conscience de soi).
La prise en charge du patient postural est toujours pluridisciplinaire.
Le traitement d’une pathologie posturale vise à neutraliser l’asynchronisme des capteurs en cause du déséquilibre dans le but d’induire une posture plus économique, c’est-à-dire moins contraignante et d’optimiser le schéma moteur.
Le Syndrome de Déficience Posturale (S.D.P.)
La proprioception participe grandement à l’élaboration de la perception que nous avons de notre propre corps. La déficience  proprioceptive est une dysfonction sensorielle qui peut être observée tant chez l’enfant que chez l’adulte. Elle est souvent génétique ou épigénétique et elle vient entraver le développement tant postural que moteur ainsi que freiner la maturité du cerveau. Sa décompensation provoque un syndrome nommé « syndrome de déficience posturale » (SDP) et peut entraîner des symptômes d’ordre moteur, spatial, cognitif et émotionnel, ce qui se traduit dans l’organisation de la posture.
Vous pouvez consulter une vidéo de présentation de la Posturologie ici:
https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=Z6T56W-hZ2s
Qu’est-ce que le Syndrome de Déficience Posturale (S.D.P.)?
Le Syndrome de Déficience Posturale (S.D.P.) ou maladie du Système Postural d’Aplomb a été décrit par Martins Da Cuhna en 1979,  médecin et chercheur portugais qui a énormément contribué à la connaissance des problèmes de posture.Ce syndrome est consécutif à une altération de l’équilibre tonique et postural.La pathologie posturale survient lorsque les centres de régulation (centres intégrateurs du système nerveux central) ne parviennent plus à réaliser une synthèse congruente des informations reçues par les différents capteurs.
Le S.D.P. se caractérise par un tableau fait de symptômes et de signes stabilométriques et cliniques :
• Le patient se plaint d’avoir du mal à se tenir debout : soit il titube, soit il souffre dans cette posture.
• L’enregistrement stabilométrique confirme que ses performances se situent en dehors des limites de la normalité (le contrôle des oscillations posturales est anormal).
• L’examen clinique révèle une asymétrie anormale de son tonus postural (la régulation de son activité tonique est anormale).
• Mais il existe un quatrième critère, indispensable au diagnostic, qui distingue nettement la démarche du posturologue de la démarche classique : la manipulation d’une ou plusieurs entrées du système modifie immédiatement certains signes d’asymétrie avant de faire disparaître à terme les signes et les symptômes du syndrome. En d’autres mots, lorsque les signes que nos sens nous donnent à propos  de notre place dans l’espace font défaut, cela entraîne des problèmes de posture.Chez l’enfant affecté d’un S.D.P., on remarque très tôt  que les divers récepteurs du corps (yeux, pieds,dents, muscles et leurs tendons, oreille interne) ne fonctionnent pas parfaitement entre  eux. Or, ce sont ces récepteurs qui renseignent en permanence le cerveau d’une personne sur sa position dans l’espace.
Lorsque le cerveau n’est pas correctement informé, il ne peut pas à son tour contrôler convenablement les muscles, ce qui entraîne un dérèglement de la posture.
Quand on étudie le dérèglement de la posture, on analyse l’empreinte laissée par un développement déficient lors d’un S.D.P. Il n’est pas rare alors de trouver cette même «signature posturale» chez différents membres d’une même famille.
Quand il a des difficultés, le corps cherche à compenser par divers moyens qui n’entraînent pas nécessairement de sérieux problèmes. Mais lorsque ces moyens ne suffisent plus et que le corps en emploie d’autres qui ont des effets négatifs, il pratique ce qu’on appelle la dé compensation.
Dans le cas du S.D.P., la décompensation peut survenir à des moments différents de la vie et se révéler par différents symptômes. Le tout jeune enfant aura des troubles de l’apprentissage moteur, de la marche ou du langage, l’enfant d’âge scolaire aura des difficultés  d’apprentissage à l’école (dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, difficulté de concentration) et/ou des problèmes physiques (douleur de dos, des membres, maladresse). Chez l’adulte, deux circonstances sont classiques.
D’abord la décompensation peut survenir après l’accouchement chez une patiente présentant un S.D.P. latent: il y a décentrement de son centre de gravité vers l’arrière. Les douleurs musculaires sont présentes dès les premiers levers, et on peut croire alors à une dépression du post-partum.
Deuxième circonstance de décompensation chez l’adulte: lors de l’apparition de la presbytie chez une personne présentant déjà un S.D.P. latent avec une hypertonie des muscles obliques inférieurs de l’œil. De nombreux autres symptômes peuvent être également observés et regroupés sous trois formes distinctes: la forme «musculaire» avec des douleurs de l’axe vertébral et des membres; la forme «pseudo-vertigineuse» dominée par les troubles de l’équilibre et les anomalies de localisation spatiale ; enfin, la forme «cognitive» dominée par les troubles de la concentration, les difficultés de mémorisation et d’écoute, un sentiment de «déconnexion» du monde ambiant et une tendance dépressive.
Comme ces symptômes touchent des organes très divers, ils sont rarement attribués à une cause unique. En effet, quoi de commun entre une pseudo-hyperactivité, des céphalées, un mal de ventre récurrent, une énurésie, une fatigabilité anormale, des pieds toujours froids, un torticolis, une maladresse chez un enfant d’âge scolaire ?
Il faut seulement se rappeler que les capteurs de la posture sont disséminés dans tout le corps. S’ils fonctionnent mal, il y aura donc apparition de signes très divers dans plusieurs endroits très différents. Une telle situation est très déroutante pour celui qui en est atteint, et aussi pour son entourage qui peut vite penser à une simulation ou à des troubles d’ordre psychologique.
Quelles sont les pathologies fréquemment rencontrées en Posturologie?
Une symptomatologie très variée est la conséquence d’un déséquilibre postural. Aux fréquentes plaintes musculo-squelettiques (cervicalgies, céphalées, lombalgies…) peuvent s’ajouter des symptômes de déficit perceptif (vertiges, déséquilibres, maladresse…) et des troubles cognitifs (difficulté de concentration, troubles dyslexiques, fatigue…).
De nombreuses pathologies sont en relation avec un déséquilibre postural, dont notamment :
• Lombalgies chroniques, sciatalgies récurrentes, hernies discales
• Gonalgie, scapulalgies, coxalgies fréquemment asymétriques
• Cervicalgies avec torticolis récidivants, dorsalgies — Blessures musculaires récidivantes
• Polyalgies et autres tableaux fibromyalgiques
• Persistances de douleurs après prothèses articulaires
• “ 5 à 6 fois par an, mon ostéopathe me remet en place les vertèbres “
• Dyslexie, dysgraphie
• Tendinopathies récidivantes
• Entorses récidivantes
• Syndromes vertigineux posturaux
• Épines irritatives calcanéennes
• Syndrome de Morton
• Halux valgus
• Aponévrosites plantaires
• Perte de la performance
• Hypertonies musculaires douloureuses localisées et résistantes au traitement
• Céphalées
• Scolioses
Comment traiter un patient postural ?
Le traitement postural vise à modifier les entrées du système par manipulation des capteurs posturaux dans le but de reprogrammer au mieux le tonus musculaire. Le but est de soulager les pathologies de contraintes et d’améliorer la performance des capteurs afin d’optimiser le schéma moteur.
La prise en charge du patient postural est le plus souvent pluridisciplinaire.
Le traitement postural nécessite la participation de différents spécialistes qui interviennent de concert en fonction des capteurs incriminés dans la pathologie :
• Équilibration du système musculo-articulaire: ostéopathe, kinésithérapeute
• Confection d’une orthèse plantaire: podologue
• Rééducation orthoptique: orthoptiste
• Prescription de prismes optiques: ophtalmologiste
• Traitement d’une cicatrice pathogène: médecin, kinésithérapeute
• Mise en place d’une gouttière ou traitement occlusal: dentiste
• Rééducation linguale, phonation et ventilation: orthophoniste, kinésithérapeute
• Rééducation vestibulaire: kinésithérapeute, O.R.L.
• Stabilisation du nouvel état postural après traitement: kinésithérapeute, rééducateur
• Conseils ergonomiques afin de réduire les postures iatrogènes: ergonome
• Médecin généraliste et rhumatologue pour le diagnostic préliminaire et la coordination
Chaque praticien en posturologie peut donc devenir le chef d’orchestre du traitement postural pluridisciplinaire, sans jamais se substituer aux compétences de chaque spécialiste.
Rééducation posturale
Tout traitement postural doit être complété par une rééducation adaptée afin de stabiliser le nouvel état postural.
Cette rééducation sera spécifique à chaque déséquilibre postural. Illustration : cas clinique
Exemple de rééducation d’un patient en déséquilibre postural de classe V :
• Techniques de décoaptation longitudinales et transversales de la hanche de type Sohier
• Techniques de contraction isométrique contre résistance des rotateurs internes
• Massage transverse profond de la bandelette de Messia contracturée
• Etirement du psoas et du carré des lombes contracturés
• Tonification des quadriceps
• Assouplissement de la charnière dorsolombaire (exercice du Sphinx)
C’est donc toute cette approche et cette prise en charge des pathologies posturales que nous souhaiterions mettre en œuvre au sein de votre établissement, dans la mesure où la posturologie s’adresse à tous du jeune enfant à la personne âgée.
Nous réalisons ainsi une prise en charge des pathologies posturales:
• Diagnostic, bilan de posture et mise en place du traitement postural
• Posturologie de l’enfant et de l’adolescent
o Bilan postural et ostéopathique du nouveau-né (de la naissance à 3 mois) : plagiocéphalie, torticolis.
o Dépistage et suivi des déséquilibres posturaux de l’enfant (6-7 ans) : troubles de la marche (marche sur la pointe des pieds, chutes
répétées…), dyspraxies…
o Dépistage et suivi des déséquilibres posturaux de l’adolescent: examen et traitement du rachis (dépistage et traitement de la
scoliose), de l’appareil podal, de l’occulomotricité, de l’occlusion dentaire…
• Posturologie du sport
Un bilan postural et un suivi de la pratique sportive permet de préserver un bon état ostéo-articulaire et musculo-ligamentaire et d’améliorer la performance.
• Prévention des chutes et rééducation chez la personne âgée
L’une des indications de la posturologie est la prévention des chutes du sujet âgé (troubles de l’équilibre, vertiges…) et de contribuer au maintien de l’autonomie.
Nous restons bien évidemment à votre disposition pour de plus amples renseignements et serions ravis de pouvoir vous rencontrer à votre convenance pour discuter plus longuement de ce sujet.
Dans l’attente de vous relire et de vous rencontrer très prochainement, nous vous prions de recevoir nos meilleures salutations.
Cordialement.
Christophe SERRAFINO
+4179 307 9637
UA-83262677-1